Google+
Linkedin

J’ai un logo moche et j’m’en fous !

J’ai un logo moche et j’m’en fous ! Voilà franchement ce que doivent se dire un bon nombre de personnes au vu des logos qu’on peu voir çà et là.

Petite séléction de Logos moches et pourris Petite sélection de logos fictifs (pour ne froisser personne) mais ô combien proche de la réalité en provenance du site Logo pourri

Alors on me prendra peut-être pour un pédant, un prétentieux, ou encore un donneur de leçon sans aucune humilité. Comme bon vous semblera, mais ce n’est que ce que beaucoup d’entres nous pensent tout bas (enfin pas toujours tout bas).

Le bon type pour le logo

Arrêtez les logos fait par le cousin ou la cousine, qui s’amuse avec une version craquée de Photoshop à ses heures perdues. Bon d’accord peut-être utilisent-ils (la cousine et le cousin) le logiciel libre Gimp, mais là encore ce n’est pas la bonne voie (voir plus bas).
Arrêtez le logo pas cher qu’on vous a vendu avec un fond noir pour faire classe, mais qui sera difficile de caser sur vos supports de com, à moins que tout soit sur fond noir...

Et pendant qu’on y est arrêtez de choisir les plateformes de création de logo, qui font bosser 40 graphistes sur un seul logo et dont un seul touchera une partie du tarif low-cost. Et si là vous ne voyez pas où se situe le problème, je ne peux rien faire pour vous...

Et je ne parle même pas des trucs automatiques en 2 minutes...

La tambouille du logo

Au regret de répéter les mêmes litanies, un logo ça se travaille, ça se réfléchit, ça se peaufine, ça se mûrit, enfin bref c’est du travail...
Pour faire vite, en premier lieu un logo on le fait cuire avec une huile colorimétrique CMJN, voir avec une correspondance Pantone si on fait dans la haute gastronomie et surtout pas en RVB. Histoire d’éviter des mauvaises surprises à l’impression, et ne pas hurler que c’est l’imprimeur qui ne sait pas faire son boulot...

Petite séléction de Logos Petite sélection de logos by myself

Bien entendu, le logotype on le cuisine non pas dans Photoshop (ni Gimp) mais dans la gamelle d’Illustrator (ou Inkscape), car oui, un logo c’est en vectoriel et pas en bitmap. Car en vectoriel on ne perd aucune qualité gustative si l’on agrandit le logo. Depuis votre carte de visite à une affiche 4x3, la qualité est la même, pas de flou, c’est net et précis.

Le logo, on peut aussi le cuisiner avec une grille afin de chercher au maximum un équilibre visuel, et non pour justifier une addition salée.
Pour ma part j’utilise parfois une grille pour concevoir un logo, et d’autres fois non. Personnellement c’est plus une histoire de feeling en fonction du domaine, pour le reste l’imagination fait la création...

Alors s’il vous plait entre l’agence qui facture 50 000 € la conception d’un logo (et il y a plus cher) et le logo téléchargé sur une plateforme low-cost à 30 €, il existe tout un univers. Comme celui des graphistes freelance, dans lequel vous pouvez trouver un graphiste comme moi ;) !

Vous avez besoin d'un logo ? 06 15 83 79 68
comments powered by Disqus